En 3 étapes vers un bâtiment plus économe en énergie

Lors du sommet international sur le climat fin 2019 (COP25 à Madrid), la Commission européenne a lancé son ambitieux plan « European Green Deal » qui vise à faire de l’Europe le premier continent neutre en carbone d’ici 2050. Ce plan compte également sur les entreprises pour apporter leur contribution.

37% des bâtiments en Belgique sont des bâtiments non résidentiels tels que des écoles, des bureaux, des hôpitaux et des établissements de santé. Ils représentent 14% de la consommation d’énergie et 6% des émissions totales de CO2 en Belgique. Entre 1990 et 2019, les émissions de CO2 des bâtiments non résidentiels ont augmenté de pas moins de 33%. Et ce, alors que ce chiffre devrait baisser de 55 % d’ici 2030*…

Mais il y a de bonnes nouvelles ! De plus en plus de solutions arrivent sur le marché pour optimiser l’efficacité énergétique des bâtiments. Vous ne savez pas par où commencer ? Nous vous accompagnons pas à pas vers un bâtiment commercial plus économe en énergie.

 

Première étape : un audit énergétique

Un audit énergétique de vos locaux professionnels est la première étape indispensable. Vous saurez ainsi immédiatement où se trouvent les plus grands « consommateurs d’énergie » et ce que vous pouvez faire pour y remédier. De plus, les différentes régions de notre pays prévoient à la fois des exigences et un soutien pour cartographier la consommation d’énergie des bâtiments commerciaux.

Bruxelles

La Région de Bruxelles-Capitale octroie une prime d’audit énergétique Renolution de 3.000 euros, tant pour les particuliers que pour les professionnels, à condition que le bâtiment ait été construit au moins 10 ans avant le dépôt de la demande de subvention.

Les conseillers en énergie de BRUXEO effectuent un scan énergétique gratuit.

Wallonie

Le 1er avril 2024, la réforme des audits énergétiques pour les entreprises est entrée en vigueur en Wallonie. Le nouveau système AMUREBA met l’accent sur des subventions mieux adaptées aux besoins des entreprises, des audits plus qualitatifs réalisés par des organismes certifiés et une simplification des procédures administratives.

Flandre

En Flandre, il existe déjà des obligations en matière d’audits énergétiques. Les entreprises dont la consommation annuelle d’énergie primaire est supérieure à 0,1 PJ (environ 28 millions de kWh) doivent ainsi avoir un plan énergétique. Et les grandes entreprises doivent faire réaliser un audit énergétique tous les 4 ans.

En outre, les autorités flamandes encouragent les entreprises à miser sur une plus grande efficacité énergétique avec l’Energiebeleidsovereenkomst (EBO).
La Vlaamse Energiebedrijf propose quant à elle un scan énergétique.

 

Deuxième étape : établir des priorités

Une fois que vous avez reçu les résultats de l’audit énergétique et que vous avez identifié les mesures qui peuvent améliorer l’efficacité énergétique de vos locaux professionnels, il est temps d’établir les priorités. Un bâtiment commercial économe en énergie est un projet à plus long terme. Vous pouvez donc planifier les investissements sur plusieurs années, en fonction de votre budget et des interventions nécessaires :

  • Le remplacement d’un simple vitrage par un vitrage à haut rendement n’est envisagé que lorsque l’« enveloppe » extérieure de votre bâtiment est au point et que tous les murs sont isolés.
  • L’installation d’une pompe à chaleur, par exemple, n’est possible que si votre bâtiment est suffisamment isolé et que si le système de chauffage est adapté.
  • Les panneaux solaires ne peuvent être installés qu’après avoir isolé votre toit.

 

De petites interventions font déjà la différence

Outre les grands projets de rénovation, quelques petites interventions peuvent améliorer sensiblement l’efficacité énergétique de votre bâtiment :

  • La chaudière atmosphérique ou à haut rendement de votre entreprise a-t-elle plus de 15 ans ? Remplacez-la par une nouvelle chaudière à condensation et économisez 15 à 30% sur les coûts de chauffage.
  • Un échangeur de chaleur sur le système de ventilation récupère jusqu’à 85% de la chaleur de l’air extrait.
  • De nombreux procédés industriels se prêtent à la récupération d’énergie. Par exemple, un préchauffeur d’air sur une chaudière à vapeur peut augmenter le rendement de 3 à 5%.
  • Il est préférable d’installer un compresseur d’air dans une pièce fraiche : si la température de l’air aspiré baisse de 5 °C, le rendement augmente de 1,5%.
  • Dans les entreprises, on perd en moyenne 20 à 40% de l’air comprimé. Vérifiez donc régulièrement qu’il n’y a pas de fuites. De plus, il est préférable de régler la pression du système d’air comprimé au niveau le plus bas possible. Par bar de réduction de pression, vous économisez 8% sur la facture d’électricité.
  • Dans un environnement de bureaux, les ordinateurs, imprimantes et autres équipements représentent parfois plus d’un quart de la consommation totale d’électricité. Éteignez ces appareils lorsque vous ne travaillez pas.
  • Les lampes fluorescentes (tubes fluorescents) qui ne s’allument qu’aux extrémités consomment trois fois plus que la normale. Remplacez-les vite !

Prêt·e à rendre vos locaux professionnels plus économes en énergie ?

Découvrez nos solutions

 

*Source : Baromètre de l’isolation Recticel