Troisième pilier : l'épargne-pension plus que jamais nécessaire

 

Un mouvement de panique était perceptible lorsque le gouvernement a décidé de procéder plus tôt que prévu à la perception de la taxe sur l'épargne-pension, tout en l'abaissant de 10 % à 8 %. Dans le même temps, le gouvernement a décidé de geler le plafond pour l'épargne-pension à 940 euros pendant 5 ans. Ces mesures signifient-elles que vous devriez hésiter :

  • avant de débuter une épargne-pension si vous ne l'avez pas encore fait ?
  • à faire rapidement le nécessaire en 2015 pour votre pension ?

 

La réponse est clairement non. Non, car une épargne-pension assortie d'un avantage fiscal reste clairement intéressante, et ce si possible jusqu'au plafond de 940 euros. Voici les principaux arguments.

 

#1 • L'avantage fiscal est source d'un bénéfice pratiquement immédiat

La correction de l'épargne-pension n'a pas touché l'avantage fiscal, l'argument principal de l'épargne-pension. Toutes les tergiversations concernant le cadre fiscal n'ont bien évidemment rien d'élégant, surtout après les mesures déjà prises en 2012, mais l'avantage fiscal qu'offrent les efforts de pension individuels fait toujours l'unanimité.

Le montant de l'avantage fiscal dont vous pouvez bénéficier par année de revenus est limité à 940 euros. Vous récupérez directement 30 % de ce montant sur votre déclaration de l'année suivante (déclaration 2016 revenus 2015). Certes, vous devez d'abord verser l'argent, mais votre investissement réel ne s'élève, somme toute, non à 940 euros, mais à seulement 658 euros. Vous devez bien entendu également tenir compte de l'imposition finale à 60 ans (ou au 10e anniversaire du contrat si vous le souscrivez après votre 55e anniversaire). Mais même sans cette taxe finale, tant le produit de placement épargne-pension que l'assurance pension demeurent des placements potentiellement intéressants.

 

•#2 • Au vu des taux d'intérêt actuels, l'épargne-pension constitue un investissement rentable

Les taux d'intérêt continuent d'afficher des niveaux particulièrement bas. Quiconque suit les communications de la Banque centrale européenne sait qu'aucune amélioration n'est à attendre à court terme dans ce domaine. À cet égard, les rendements potentiels de l'épargne-pension sont clairement supérieurs à la moyenne. Dans notre Plan par étapes épargner et placer , les formules « épargne-pension » et « épargne à long terme » sont d'ailleurs regroupées sous la troisième étape « épargne avec avantage fiscal » et accompagnées de la recommandation « à faire absolument avant de commencer à investir et de préférence à concurrence du montant maximal possible ».

 

#3 L'épargne-pension est un placement diversifié

Les lecteurs d'Horizon savent que nous prônons la diversification des placements, par exemple à l'aide de Flexinvest. De la même manière, des mensualités vous permettent également de répartir les efforts consentis en vue de la constitution de votre pension.
Ce procédé est avant tout confortable : avouez qu'il est plus aisé d'économiser 78 euros par mois que de verser 940 euros en une seule fois. Mais un investissement étalé dans le tempse dans le cadre du produit de placement épargne-pension, vous permet d'en faire l'acquisition au meilleur prix moyen. La formule de placement permet en outre non seulement une répartition dans le temps mais aussi une diversification entre plusieurs centaines d'actions et obligations.

 

#4 • Pour une pension confortable, vous devez exploiter toutes les sources possibles

Pourrez-vous vivre avec la moitié ou, dans le meilleur des cas, 80 % de votre salaire net actuel ? Êtes-vous prêt à sacrifier votre train de vie après la retraite ?

 

Si vous avez répondu deux fois par la négative, vous avez tout intérêt à opter pour une épargne-pension fiscalement attrayante. Bien évidemment, le maximum fiscal de 940 euros par an ne suffira pas à vous assurer un avenir serein après votre retraite, mais tout est bon à prendre, surtout lorsqu'il y a un avantage fiscal quasi immédiat à la clé. Dans ce débat de société, des voix s'élèvent en faveur d'un renforcement du pilier de la pension légale, qui serait le cas échéant compensé par une réduction de l'avantage fiscal du troisième pilier, mais la probabilité que cela arrive est relativement faible. En raison notamment de la situation budgétaire de notre pays, aux prises avec une dette publique colossale, il est peu probable que des ressources globales puissent être affectées à la consolidation des pensions légales. Autrement dit, « tout le monde sur le pont ».

En outre, l'épargne-pension et l'épargne à long terme ont pour avantage de disposer de structures plutôt rigides. L'argent versé est bel et bien bloqué jusqu'à votre départ effectif à la retraite. Un prélèvement anticipé est possible, mais lourd de conséquences fiscales. En d'autres mots : ce troisième pilier n'est pas une épargne dont vous pouvez disposer rapidement. Le grand avantage : l'argent sera disponible lorsque vous en aurez le plus besoin.