Conseil en placement : toujours sur mesure

Le conseil en placement dépasse de loin quelques bons tuyaux dispensés. Nos conseillers professionnels veillent soigneusement à ce que chaque conseil s'inscrive dans un cadre plus large qui tient compte de votre situation personnelle, de votre expérience et de votre portefeuille. Découvrez comment se déroule un entretien avec votre conseiller financier personnel dans la pratique.

 

Nous voulons tout d'abord insister sur l'importance, la portée et le poids du mot « conseil ». La réglementation européenne MiFID, qui protège les intérêts de l'épargnant et de l'investisseur particulier, accorde, à juste titre, beaucoup de valeur au conseil et y associe également les responsabilités nécessaires. Par « conseil », la directive MiFID entend toute recommandation personnalisée relative à un instrument financier. Chaque mot a ici son importance :

  • personnalisée : vous pouvez considérer la recommandation de la banque comme une recommandation qui vous est personnellement et directement adressée ;

· recommandation : le conseiller exprime un avis favorable ou défavorable concernant un certain placement. Cette opinion peut influencer les choix de l'investisseur ;

  • instrument financier : les actions, les obligations, les fonds, les structured notes, etc. sont des instruments financiers.

 

Supposons que vous demandiez à la banque la valeur nette d'inventaire d'un fonds. Il ne s'agit pas d'un conseil car la banque n'exprime aucun avis ni jugement. En revanche, si vous demandez à la banque si elle peut vous conseiller un investissement dans ce fonds, ou peut-être une autre formule, nous passons à un conseil. Les réinvestissements sont des situations de conseil par excellence, auxquelles nous accordons le plus grand soin. Avec les mêmes points d'attention pour chaque conseil :

 

  • Délimiter votre portefeuille de placements

Un portefeuille de placements contient, en règle générale, tous les comptes-titres, comptes d'épargne, comptes investisseur, comptes à terme et assurances placements (Branche 21/Branche 23) à votre nom. Chaque décision de placement ou de réinvestissement doit se baser sur l'ensemble du portefeuille et pas uniquement sur le placement même. Ainsi, vous pourriez décider de ne pas réinvestir les capitaux libérés mais de les placer sur un compte d'épargne. Cette décision a toutefois des conséquences sur la diversification globale de votre portefeuille.

  • L'achat est-il acceptable dans votre profil d'investisseur ?

Pour chaque placement que vous envisagez ou que nous vous conseillons, nous vérifions tout d'abord si le placement envisagé est acceptable en termes de risque par rapport à votre profil. Pratiquement tous les placements de notre offre sont classés sur une échelle de risque allant de 1 à 7, où 1 représente le risque le plus faible et 7 le risque le plus élevé.

  • Votre portefeuille répond-il toujours à votre profil après l'achat ou la vente planifié(e) ?

Pour chaque achat ou vente planifié, nous vérifions si la composition de votre portefeuille correspond toujours à votre profil d'investisseur après cette opération. Supposons que vous réinvestissiez un fonds obligataire dans un fonds d'actions à hauts dividendes. Non seulement le niveau de risque de ce dernier fonds est plus élevé, mais il est en outre susceptible d'augmenter le niveau risque global du portefeuille.

  • Nous vérifions si vous n'investissez pas trop dans le placement envisagé.
    La diversification est une règle d'or en matière de placements. Il est primordial qu'une seule et même valeur ne soit pas surreprésentée dans votre portefeuille. Il n'existe en fait que quelques valeurs – comme les fonds stratégiques – qui peuvent constituer la totalité de votre portefeuille, car elles assurent elles-mêmes une diversification maximale. En règle générale, une valeur ne peut pas représenter plus de 5% du portefeuille global.
  • Nous vérifions si vous connaissez suffisamment le placement que vous achetez.

En tant que votre banque, nous pouvons bien évidemment vous conseiller, mais c'est à vous que la décision finale revient. Les constructions financières complexes d'autrefois ont heureusement totalement disparu, mais nous continuons d'évaluer vos connaissances et expérience en matière de placements. Ainsi, les options et les futures, par exemple, peuvent constituer de bons instruments de placement si votre profil d'investisseur les tolère. Mais même dans ce cas, si vous ne les comprenez pas, il serait plus judicieux de ne pas y investir ou d'apprendre d'abord à les connaître et à en cerner les risques. 

  • Nous sommes à l'écoute de vos souhaits et de vos besoins.
    Quel est le rôle exact de ce placement dans l'ensemble de votre portefeuille ? Visez-vous la croissance de votre capital à long terme ? Souhaitez-vous obtenir un revenu régulier de votre capital ? Pendant combien de temps pouvez-vous vous passer du montant que vous souhaitez investir ? Vous constatez qu'un bon conseil est précédé de nombreuses questions. Investir est en effet une affaire très personnelle et nous voulons que nos conseils répondent à vos propres objectifs.
  • Et PC banking ?
    L'achat ou la vente par le biais de PC banking ne sont pas considérés comme du conseil personnalisé. L'option « pas de conseil » est donc cochée par défaut.

 

Le conseil en pratique

Vous avez un placement qui arrive prochainement à échéance ? N'hésitez pas à prendre rendez-vous dans votre agence. Nous nous ferons un plaisir de faire le « grand entretien » de votre portefeuille : nous irons au-delà de la simple vérification de la pression de vos pneus ou du remplacement d'un essuie-glace qui frotte.