Dividendes et coupons

L'année 2014 fut celle de l'investisseur prudent, qui ne jure que par une approche plutôt défensive. Les médiocres prévisions économiques pour la zone euro, la Banque centrale européenne qui prépare toujours plus de mesures de soutien ainsi que les tensions politiques latentes en Ukraine et en Russie : tous ces éléments ont fait chuter encore davantage les taux d'intérêt. Ce qui a considérablement stimulé les fonds de placement défensifs (organismes de placement collectif ou OPC).

 

Ce n'est qu'en octobre que les fonds d'actions ont à nouveau eu voix au chapitre, permettant aux investissements plus dynamiques de combler une partie de leur retard. L'indice Bel 20, qui regroupe les 20 principales actions belges, a d'ailleurs enregistré une forte hausse depuis le début de l'année.

 

Il convient de souligner que cet investisseur défensif – qui, de manière générale, est aussi un peu plus âgé – est surtout attiré par les produits structurés. Les grands gagnantes ont été des obligations structurées combinant la protection de capital avec des coupons garantis et/ou des coupons variables associés, par exemple, à un panier d'actions.

 

Retour aux tendances