En savoir plus sur les… OPC

Comment remédiez-vous à des corrections temporaires sur les marchés financiers ? En investissant dans un portefeuille bien diversifié avec un horizon correct et assez long. Facile à dire, mais pas facile à faire. Cela exige en effet l'implication de montants élevés ainsi qu'énormément de connaissances des placements les plus divers. En outre, les frais pour l'achat et la vente d'actions de base réduisent le rendement.

Heureusement, il y a des fonds de placement. Ils permettent de respecter parfaitement le meilleur conseil de placement : investir dans un portefeuille bien diversifié avec un horizon plus long. Cela mérite qu'on s'attarde au monde des OPC (organismes de placement collectif). Dans ce premier numéro, nous nous intéressons surtout aux OPC et aux notions que vous devez connaître à ce sujet. Il sera dès lors beaucoup plus facile pour vous d'en parler avec votre conseiller à la banque.

 

OPC. Les OPC regroupent les fonds de placement communs, les sicav luxembourgeoises et les sicav belges. Ils recueillent les dépôts souvent moins élevés d'investisseurs. Ils placent ensuite collectivement le capital rassemblé selon la politique de placement clairement définie de l'OPC. Exemples de politique : uniquement des obligations d'entreprise, uniquement des actions américaines, uniquement des actions pharma d'Europe, uniquement des obligations de pays émergents... Les possibilités de choix sont très étendues.

 

Sicav belges. Les Belges ont un petit faible pour leurs sicav (sociétés d'investissement à capital variable) belges. Comme le nom l'indique, il s'agit avant tout de sociétés, donc d'entités juridiques indépendantes qui ne sont pas liées à la banque qui les propose.

 

Sicav luxembourgeoises. Une sicav (société d'investissement à capital variable) luxembourgeoise est généralement créée par une institution financière, mais a sa propre identité juridique. Il existe des sicav luxembourgeoises avec actions de distribution. Elles versent alors les bénéfices sous la forme d'un dividende. Les sicav luxembourgeoises avec actions de capitalisation réinvestissent les revenus. Les sicav belges et les sicav luxembourgeoises se ressemblent donc beaucoup.

 

Fonds communs de placement. Contrairement aux sicav luxembourgeoises ou aux sicav belges, un fonds commun de placement n'est pas une société. Il n'a donc pas de personnalité juridique distincte. Il se compose d'un patrimoine en indivision pour lequel des parts sont émises. Chaque souscripteur de ces parts est copropriétaire des moyens à concurrence du nombre de parts qu'il possède.

 

Les avantages. Les avantages de l'investissement dans un OPC sont clairs :

  • les montants rassemblés sont investis par des spécialistes
  • le risque de placement est judicieusement réparti
  • Les OPC peuvent investir dans des titres de marchés qui ne sont pas ou sont peu accessibles pour le simple investisseur
  • compte tenu du volume des moyens apportés, les frais sur les opérations boursières peuvent souvent être réduits.

 

Frais. Des frais d'entrée, des frais de gestion, des frais de sortie et des taxes sur les opérations boursières (TOB) peuvent s'appliquer aux parts et aux actions des OPC. Dans certains cas, des frais d'entrée sont dus, mais pas de frais de sortie, et inversement. Vérifiez donc bien la documentation ou demandez à votre conseiller.

 

Revenus. Un OPC peut distribuer ses revenus en octroyant un dividende, par exemple, chaque année. Il s'agit alors d'actions de distribution. L'OPC peut réinvestir les revenus. Il s'agit alors d'actions de capitalisation.

 

Administration. Il est préférable de laisser votre banque se charger du suivi administratif de vos titres. Pour ce faire, vous déposez vos OPC sur un compte-titres. Vous évitez ainsi le risque de perte ou de vol et vous ne devez plus vous occuper vous-même de l'administration. Les dividendes sont versés sur votre compte à l'échéance. Vous évitez ainsi la perte d'intérêts.

 

Protection du capital. Un OPC ne prévoit pas nécessairement de protection de capital pour les fonds déposés, mais c'est parfois le cas. Un certain nombre de sicav belges à durée fixe prévoient ainsi une protection du capital initial à 100 % (avant frais et taxes) à la date d'échéance. Nous vous conseillons ici aussi de toujours bien vérifier la documentation d'accompagnement et de demander des informations à votre conseiller. Un investisseur averti en vaut deux.

 

Ne confondez pas sicav luxembourgeoise et sicafi. Une sicav luxembourgeoise ne doit pas être confondue avec une sicafi, une société d'investissement à capital fixe. Contrairement à une sicav luxembourgeoise, une sicafi ne peut augmenter son capital que par le biais d'une augmentation de capital formelle. Le groupe d'investisseurs participants et le capital sont donc fixés à partir de l'émission. Ils sont aussi généralement moins facilement accessibles. La sicafi est aussi cotée en bourse.

 

La prochaine fois, nous nous intéresserons ici à d'autres thèmes intéressants du monde captivant des OPC. Nous aborderons notamment :

 

* les OPC en obligations

* les OPC avec protection de capital

* la taxe sur les opérations de bourse