Pour les initiés : allocation d'actifs

Horizon s'arrête régulièrement sur un mot, un concept, etc. du monde des placements et l'explique clairement. Aujourd'hui, nous allons nous intéresser à l'allocation d'actifs

 

Diversifier, diversifier et encore diversifier

La diversification des actifs est la règle d'or pour tout investisseur, qu'il soit chevronné ou débutant. Or, qui dit diversification dit aussi choix. Voilà qui nous amène d'emblée à la notion explicitée ce mois-ci aux initiés : l'allocation d'actifs, en anglais «asset allocation»

 

L'allocation d'actifs désigne la répartition d'un portefeuille de placements entre différents (types de) titres et secteurs. Il s'agit dès lors de l'étape la plus importante de la composition d'un portefeuille. L'allocation d'actifs demeure par la suite un point d'attention continu, car le marché ne cesse d'évoluer : ce qui semblait encore un secteur très prometteur il y a un an peut déjà se trouver en perte de vitesse aujourd'hui.

Les investisseurs qui ne sont pas en mesure d'assurer le suivi régulier et attentif que cela requiert ont tout intérêt à opter pour un fonds présentant une diversification étendue de ses actifs. Par ailleurs, les fonds de ce type établissent une distinction entre l'allocation stratégique des actifs et l'allocation tactique des actifs.

 

  • L'allocation stratégique des actifs trace les lignes directrices que suivra le fonds sur le long terme. Il peut ainsi décider de respecter une allocation stratégique de 50 % d'actions et 50 % d'obligations pour 90 % des capitaux investis. L'allocation stratégique détermine dans une large mesure le profil de risque du portefeuille et doit, bien entendu, s'accorder avec votre profil d'investisseur. L'allocation stratégique de 50 % d'actions et 50 % d'obligations s'adresse donc de préférence à un profil d'investisseur neutre
  • L'allocation tactique embrasse, en revanche, un horizon de placement bien plus court. Elle permet au gestionnaire du fonds de mener une politique d'investissement plus flexible pour une partie plus restreinte (10 %, par exemple) des capitaux investis et sur un laps de temps plus court. Elle lui permet également de saisir plus rapidement les opportunités qui s'offrent à lui sur le marché. En ces temps de taux plancher pour les valeurs à revenu fixe, l'allocation suivante peut s'avérer payante :
    • pour 90 % du portefeuille (50 % d'actions et 50 % de titres à revenu fixe)
    • pour 10 % du portefeuille (100 % d'actions).

 

Remarque : l'allocation stratégique, c'est-à-dire la colonne vertébrale du portefeuille, est à terme bien plus décisive pour le rendement effectif. Nous vous recommandons dès lors d'examiner très attentivement l'allocation stratégique des actifs du fonds qui vous intéresse. Consultez à cet effet les documents légaux qui vous sont fournis, tels que les Informations clés pour l'investisseur et surtout le prospectus (dans son intégralité). Voici un exemple purement théorique pour vous exercer :

 

  • Le fonds « Hypothetical US Balanced Allocation » présente une allocation neutre de 50 % d'actions et 50 % d'obligations, et opte pour une répartition équitable entre les valeurs américaines et les valeurs étrangères. Prises individuellement, les valeurs ne peuvent afficher une pondération supérieure à 2 % du portefeuille. Le portefeuille compte ainsi un peu plus de 600 positions. Le gestionnaire du fonds vise une diversification judicieuse parmi les secteurs et les régions. Il n'aspire pas tant à obtenir un rendement très élevé sur un nombre restreint de titres qu'un rendement moyen intéressant sur la plupart des positions.

 

Étant donné que vous devez uniquement investir dans les formules que vous comprenez parfaitement, il est important que les descriptions telles que celle reprise ci-dessus vous permettent de vous faire une idée précise du placement que vous envisagez d'effectuer. Au moindre doute, n'hésitez pas à demander de plus amples explications à votre conseiller.

Pour les profils prudents, le niveau de risque que présentent ces deux solutions est toutefois trop élevé. Voilà pourquoi à l'heure actuelle, les investisseurs conservateurs et défensifs optent principalement pour des produits structurés assortis de la protection du capital à 100 %.