L'investissement libre : mettez le temps à contribution

 

Les pensions belges ne font vraiment pas partie des plus élevées d'Europe, loin de là. Et la pauvreté à un âge avancé devrait donc constituer un problème important dans notre pays. Sans vouloir sous-estimer ce phénomène, il semble que ce problème ne soit toutefois pas si grave que prévu. Une seule explication à cela : hors fiscalité..., le Belge moyen a constitué des réserves d'investissement suffisantes pour s'en sortir même avec une pension moins élevée.

 

Dans ce cadre, la possession d'une habitation propre compte évidemment beaucoup. Indépendamment de cela, le quatrième pilier – le pilier qui regroupe l'épargne libre en obligations, actions, fonds, livrets d'épargne... – est lui aussi particulièrement important.

 

Le problème de ce quatrième pilier est toutefois que dans la pratique, il n'est guère ciblé ni homogène. Les gens investissent en premier lieu parce qu'ils ont un peu d'argent à placer, et pas parce que cela s'inscrit dans une stratégie fondée sur un objectif.

 

L'avantage d'un investissement ciblé, par exemple en vue d'un revenu supplémentaire lors de la retraite, est que cette caractéristique délimite beaucoup mieux la structure de l'effort, le choix des investissements et l'horizon. Avec tous les avantages que cela comporte.

 

Flexinvest fournit les blocs pour construire une bonne pension

Flexinvest permet d'acquérir des fractions de parts d'Organismes de placement collectif (OPC) même avec de petits versements mensuels – à partir de 30 EUR par mois. Grâce à sa durée illimitée, Flexinvest convient particulièrement à des objectifs à très long terme. Pour les jeunes, on peut par exemple penser à une épargne sur 20 ans pour les études d'un (petit-)enfant qui vient de naître, à un revenu complémentaire pour la pension, etc. À l'ouverture d'un Flexinvest, vous choisissez librement :

 

  • la périodicité de vos versements : mensuelle, bimestrielle, trimestrielle, semestrielle ou annuelle;
  • le montant de vos versements périodiques : à partir de 30 euros par versement;
  • dans quoi vous voulez investir : une sicav, un compartiment spécialisé...

 

Laissez le temps faire le travail

Plus votre horizon de placement est court, disons, plus la période durant laquelle vous pouvez vous passer de votre argent pour un usage immédiat est courte, plus les placements choisis doivent aborder prudemment les risques. Pour les horizons de placement extrêmement longs, par exemple pour une personne de 40 ans qui épargne en vue d'un revenu de pension complémentaire à 67 ans, la balance risque/rendement peut tout à fait pencher un peu plus du côté du risque. Les limites supérieure et inférieure sont évidemment déterminées par votre profil d'investisseur.

 

Dans quoi votre Flexinvest doit-il investir ?

Il va sans dire que Flexinvest est « seulement » un « éhicule » qui dépose avec un maximum de confort de l'argent dans un fonds de placement de destination. Il convient alors de se demander quel fonds de placement de destination est le plus adéquat, d'une part vis-à-vis de votre profil d'investisseur et d'autre part selon l'horizon de placement extrêmement long de l'épargne libre en vue de la pension pour la plupart des gens.

 

Bien entendu, il vaut mieux discuter de cette question avec le spécialiste en placement de votre agence. Horizon peut uniquement tracer les grandes lignes. Mais il y a de grandes chances que votre conseiller vous oriente vers un fonds de placement global et prêt à l'emploi.

 

Il y a un certain nombre de bonnes raisons à cela : 

 

  • les fonds de placement globaux couvrent l'intégralité de l'univers de placement : actions, obligations, liquidités, placements alternatifs comme l'immobilier... Grâce à cette grande diversification, vous étalez le risque;
  • ils sont gérés de manière active. Les spécialistes suivent les offres les plus performantes dans les régions les plus performantes;
  • le rayon d'action est européen ou mondial. Toutes les économies n'évoluent pas à la même vitesse. À un moment où les actions américaines se portent bien, il est possible, par exemple, que les actions européennes soient beaucoup moins performantes. Grâce à la gestion active, il est possible de passer aux régions les plus performantes.