L'assurance-épargne permet l'équilibre, à condition que...

 

Les investisseurs optent pour une gamme étendue de placements et souhaitent, surtout en période de volatilité, comme c'est le cas actuellement, augmenter la part de placements sans risques dans leur « balance ». Histoire de parvenir à un meilleur « équilibre » en temps incertains.

 

Trouver un équilibre est tout sauf simple à un moment où, par exemple, les rendements d'épargne, sous l'influence des mesures de la Banque centrale européenne, diminuent très rapidement dans notre pays pour atteindre le minimum légal de 0,11 %. Ou prenons encore la norme par excellence pour des investissements peu risqués à long terme : le bon d'État à 10 ans. Actuellement, il offre un rendement de 0,95 %.

 

Toutefois, il existe assurément d'autres alternatives à un rendement peu risqué et garanti. Ainsi, les rendements des assurances-épargne de la Branche 21 se maintiennent relativement bien. La tendance est certes à la baisse, mais moins marquée. Au niveau sectoriel, les assurances-épargne obtiennent de beaux rendements pour des placements sans grands risques, avec une garantie de capital formelle et une garantie publique sous la forme d'une garantie de dépôt.

 

Les assurances-épargne de la Branche 21 sont donc particulièrement bien placées pour équilibrer un portefeuille en faisant office de contrepoids à des formules certes (plus) rentables, mais beaucoup plus spéculatives comme les obligations high yield, les actions high dividend, etc. La garantie de capital à 100 % et le rendement de base garanti sont en effet primordiaux. Le confort d'investissement est également important. Ainsi, il est possible d'effectuer des versements complémentaires ou de demander le versement de manière anticipée. Ce dernier cas n'est toutefois pas recommandé, ce qui nous conduit à la mise en garde du titre de cet article.

 

L'assurance-épargne permet l'équilibre, à condition que...

 

Aucun précompte mobilier n'est dû sur les assurances-épargne de la Branche 21, à condition que le placement soit conservé 8 ans minimum. Un horizon de placement long est donc requis.

 

Investir en toute connaissance de cause exige une vision claire des frais éventuels. Pour la majorité des assurances-épargne, les frais se limitent aux frais d'entrée. Ceux-ci aussi peuvent être élevés, mais vous devez tenir compte du fait que l'effet net est idéalement réparti sur 8 ans et plus. Ceci vaut également pour la taxe d'assurance de 2 % due initialement et imposée par l'administration fiscale comme « indemnité » pour l'absence de précompte mobilier pour quiconque conserve son investissement au minimum 8 ans.

 

En résumé : les assurances-épargne de la Branche 21 constituent une bonne alternative aux comptes d'épargne pour les épargnants qui redoutent le risque. Pour les investisseurs moins frileux, elles peuvent faire office de contrepoids à un portefeuille qui présenterait un niveau de risque trop déséquilibré. Mais vous devez également faire attention à une structure des frais parfois lourde et à une taxe d'assurance qui offrent un moins bon rendement, surtout les premières années, que ce que les rendements bruts laissent paraître.

 

 

Retour