Marchés obligataires : un point de la situation

Septembre 2016

 

Joost van Leenders, Investment specialist -  allocation & strategy

BNP Paribas Investment Partners

 

Obligations d'Etats, Crédit Investment Grade et High Yield

 

Etats-Unis

En août, le rendement du T-note américain à 10 ans n'est pratiquement pas sorti de l'intervalle étroit 1,50 % - 1,60 %, qui, en faisant abstraction des quelques séances de fuite vers la sécurité fin juin/début juillet après le référendum britannique, constitue ses plus bas de l'année. Il termine le mois à 1,58 % (+13 pb par rapport à fin juillet). Cette évolution reflète les anticipations fluctuantes sur la politique monétaire suite à des commentaires parfois contradictoires d'officiels de la Fed. Un message plus clair a été entendu en fin de mois après les interventions du vice-Président de la Fed et de Janet Yellen qui ont alimenté les attentes d'une hausse des taux directeurs avant la fin de l'année. Le comportement du taux à 2 ans traduit cette remontée au cours de la seconde quinzaine des anticipations, renforcées par la publication de solides données économiques. Le taux s'est rapproché de 0,85 % (au plus haut depuis juin) et termine le mois à 0,81 % contre 0,58 % fin juillet. Dans le même temps, la probabilité d'une hausse des taux lors de la prochaine réunion du FOMC le 21 septembre contenue dans les contrats à terme sur les fonds fédéraux est passée de 18 % à 36 % et celle d'une hausse en décembre atteint presque 60 %.

 

Europe

Dans la zone euro, le rendement du Bund à 10 ans a évolué sans tendance pour terminer le mois à -0,07 % contre -0,12 % fin juillet. L'attention des investisseurs a davantage été retenue par les commentaires de la Fed (ainsi que par ceux de la Banque du Japon) que par ceux de la BCE peu nombreux ces derniers temps. La résistance des indicateurs économiques dans la zone euro et le recul de la parité EUR/USD à partir du 19 rendent moins cruciale une action de la BCE mais la faiblesse de l'inflation continue de justifier une politique monétaire accommodante. Les marchés périphériques se sont un peu mieux tenus, toujours dans un souci de recherche du rendement et alors que la situation politique en Espagne se dégage un peu même si la décision des députés en toute fin de mois de ne pas accorder la confiance à Mariano Rajoy montre la fragilité des avancées. Le taux espagnol à 10 ans, passé sous 1 % début août, termine le mois à 1,01 % (-1 pb). Le marché du crédit en dollars comme en euros a progressé, en particulier en ce qui concerne les titres à haut rendement. Les écarts de taux ont retrouvé le niveau qui prévalait en juillet 2015, y compris sur le crédit de qualité, la BCE ayant continué ses achats à un rythme soutenu en août (6,1 milliards au 26 après 6,8 en juillet).

 

 

Le présent document a été rédigé et est publié par BNP Paribas Asset Management (BNPP AM), un membre de BNP Paribas Investment Partners (BNPP IP). Plus d'infos.

 

 

DISCLAIMER


Imprimer