Épargner pour ses enfants via une assurance épargne ou placement

Les parents qui n'entendent prendre aucun risque peuvent toujours souscrire une assurance épargne (branche 21) pour leur enfant. Mais le rendement actuellement offert est si faible qu'il vaut la peine d'envisager une assurance placement (branche 23). Mais comment s'y prendre ?

 

Branche 21 ou branche 23?

Les assurances épargne (branche 21) sont très sûres. Sur chaque prime versée (hors taxe et frais d'entrée), vous bénéficiez d'un taux garanti jusqu'au terme. Vous connaissez donc d'emblée le rendement minimal que vous rapportera votre placement. En outre, votre rendement peut être augmenté, chaque année, d'une participation bénéficiaire. Celle-ci n'est toutefois pas garantie et dépend des résultats financiers de la société d'assurance. Il est évident que la faiblesse des taux d'intérêt pèse actuellement beaucoup sur le rendement des assurances de la branche 21. Toutefois, si les taux remontent, vos primes futures en profiteront.

 

Une assurance placement (branche 23) offre moins de sécurité, mais présente en contrepartie un potentiel de rendement plus élevé. Toujours dans le cadre d'un contrat d'assurance-vie, vous investissez directement dans des fonds d'investissement (les principaux assureurs vous en proposent une gamme très étendue). La valeur de votre investissement fluctue en fonction de la performance du ou des fonds sous-jacents choisis. Vous n'avez donc pas la certitude de récupérer l'entièreté de votre capital au terme. Un horizon de placement suffisamment long peut néanmoins contribuer à contrôler ce risque. Tout comme le choix d'un fonds moins risqué, assorti d'une politique d'investissement plus défensive.

 

Et si je veux la protection de mon capital ?

Si vous souhaitez viser un rendement potentiel plus élevé (mais par conséquent non garanti), vous pouvez envisager une assurance placement prévoyant la protection du capital (ou d'une très grande partie de celui-ci). Les produits de ce type présentent toujours une durée fixe et prévoient le remboursement du capital à 100% ou à 90% au terme du fonds d'investissement auquel leur rendement est associé. Attention : la protection offerte ne vaut qu'à l'échéance de votre placement. Si vous demandez votre argent avant celle-ci, des frais vous seront imputés et vous n'aurez pas la certitude de retrouver l'entièreté de votre capital.

 

Attention aux frais

Que vous optiez pour une assurance épargne ou une assurance placement, la souscription donne lieu à des frais d'entrée. Ceux s'expriment en pourcentage de la prime versée et, combinés à la taxe de 2% sur les assurances-vie, ils peuvent grever votre rendement. Pour les produits d'assurance de la branche 21, des frais de sortie peuvent également s'appliquer si vous demander à récupérer (une partie de) votre capital anticipativement. Il n'y a par contre pas de frais de sortie à l'échéance du contrat ou en cas de décès de l'assuré. Prenez donc toujours connaissance de la documentation légale et des frais liés à un produit avant toute souscription. Enfin, si vous optez pour une assurance placement de la branche 23, des frais de gestion liés à chaque fonds en portefeuille seront dus.

 

Fiscalité

Comme mentionné ci-dessus, toute prime versée dans une assurance épargne ou placement donne lieu à la perception d'une taxe de 2%. Par contre, selon la fiscalité actuellement en vigueur, le remboursement au terme du contrat n'est pas soumis au précompte mobilier. Mais attention: pour les assurances épargne de la branche 21 et les assurances placement assorties d'un rendement garanti et d'une durée de moins de 8 ans, le précompte mobilier sera appliqué sur tout remboursement survenant endéans les 8 premières années du contrat. Ceci dit, dans le cadre de l'épargne pour un (petit-)enfant, un horizon de placement de plus de 8 ans semble plutôt logique.

 

Pourquoi une assurance-vie ?

L'objectif d'une épargne pour un enfant ou un petit-enfant est que le capital constitué lui revienne un jour. Mais beaucoup de (grands-)parents aimeraient aussi s'assurer que leur (petit-)enfant est bien apte à utiliser sagement ce capital avant de le lui offrir.

 

À cet égard, une assurance-vie en tant qu'investissement présente de réels avantages. Tout d'abord, le principe fondamental d'une assurance-vie est de garantir qu'une personne désignée (le bénéficiaire) recevra automatiquement le capital envisagé au moment du décès de l'assuré. Dans ce cas, le capital sera en principe imposable aux droits de succession.

 

Mais une assurance épargne ou placement peut également prévoir un bénéficiaire en cas de vie de l'assuré. Et ceci offre pas mal de possibilités. L'assuré peut désigner son (petit-)enfant comme bénéficiaire. Au terme du contrat, le capital ira donc directement à l'enfant. Mais il peut également se désigner lui-même en tant que bénéficiaire. Au terme du contrat, il recevra donc le capital et décidera à ce moment-là de ce qu'il veut en faire.

 

Conclusion

Une assurance-vie de la branche 21 ou de la branche 23 est une formule d'investissement pleine de possibilités. Fiscalement intéressante (à condition de prévoir un horizon de placement d'au moins 8 ans pour la branche 21), elle vaut la peine d'être envisagée dans le cadre d'une épargne à long terme pour un enfant ou un petit-enfant. D'autant plus, si vous souhaitez garder le contrôle du capital jusqu'au bout.